Oïdium de la vigne

Erysiphe necator  ou Uncinula necator est un  parasite obligatoire  de la vigne. Cet  ascomycète fut la première maladie d'origine américaine introduite en Europe (1845).

Description

L'Oïdium est une maladie fongique de la vigne présente dans tous les vignobles avec des intensités différentes selon les régions et les cépages.

En fonction des cépages, il existe des sensibilités différentes :

  • Cépages très sensibles : Carignan, piquepoul, chenin…
  • Cépages sensibles : Chardonnay, gamay, Cabernet,  sauvignon, uni blanc, riesling…
  • Cépages peu sensibles : Pinot, grenache, syrah, maccabeu, clairette…

 L’oïdium s’attaque à tous les organes verts de la vigne (feuilles, sarment, grappes).

Il s’agit d’un champignon ectoparasite dont le mycélium se développe à la surface des tissus du végétal et il s’alimente à travers des haustoriums qui pénètrent dans les tissus en les détruisant.

Les épidémies sont principalement initiées à partir des contaminations primaires dues aux ascospores contenues dans les cleistothéces qui passent l’hiver sur l’écorce des ceps (organes de conservation hivernale du champignon issus de la reproduction sexuée). Cette contamination primaire  a généralement  lieu au printemps dès la formation des premières feuilles. Ces contaminations primaires peuvent toutefois s'étaler dans le temps au cours du mois de mai, voire juin. La maladie se développe ensuite discrètement et de façon continue sur le feuillage. Le stock d’inoculum ainsi constitué sur feuilles va assurer la contamination des futures baies à leur stade de plus grande réceptivité : floraison-nouaison.

Il est indispensable de bien protéger cette période de forte sensibilité par une pulvérisation de qualité.

Etapes du cycle biologique d’Eriphyse Necator

A
B
C
D

A : Germination des conidies et formation du premier appressorium (24h à 48h post-inoculation).

B : Elongation des filaments secondaires et développement du mycélium et des appressoria (3 à 4 jours post-inoculation).

C : Formation des conidiophores (5 jours post-inoculation).

D : Formation des conidies sur les conidiophores et maturation et détachement des conidies (6 et 9 jours post-inoculation).

Cliquer pour agrandir le schéma de lute contre l'oïdium

La lutte chimique est essentiellement préventive afin de protéger les organes sains avant toutes contaminations. Elle sera modulée en fonction de la sensibilité des cépages. La première application va intervenir au stade 3-5 feuilles pour les cépages très sensibles ou en fonction de l’historique de la parcelle, au stade 7-8 feuilles pour les cépages peu sensibles et dans les zones moins vulnérables. A cette période l’application de soufre permet d’avoir aussi un effet sur les acariens.   Ensuite dans tous les vignobles,  on intervient pour  assurer la protection des grappes  par des applications de pre-floraison à fermeture de grappe. La période la plus critique  est la Floraison-nouaison avec à ce stade une difficulté pour détecter l’oïdium ce qui nécessitera  une pulvérisation optimale (Atteindre les organes feuilles et grappes, pénétration, répartition...). L’arrêt de la protection  interviendra  au début de la véraison.

Produits conseillés
HELIOSOUFRE S ®
HELIOTERPEN ® SOUFRE

La stratégie consiste à alterner les familles chimiques pour limiter ou empêcher l’apparition des phénomènes de résistance. Pour les produits soumis à des risques de résistance le nombre d’application est limité à 2-3 par an en fonction des familles.

Aujourd’hui  deux produits ne  sont pas concernés par ces problèmes de résistances : Le soufre et le meptyldinocap.