Botrytis

Le botrytis (Botrytis cinerea) est une maladie cryptogamique qui s’attaque à de nombreuses cultures.

Sur la vigne,  le champignon attaque les organes herbacés (inflorescences, feuilles, rameaux) et  peut être très  préjudiciable lorsqu’il affecte  les  grappes par une baisse de la qualité et de la quantité de la vendange. Le Botrytis cinerea est aussi responsable de la pourriture noble qui est recherchée pour l’élaboration de vin liquoreux.

Le champignon se développe plus facilement sous certaines conditions : température de 15 à 20°C, pluie et humidité importante.

On constate aussi des sensibilités différentes en fonction des cépages, comme par exemple muscadelle, cabernet franc, pinot noir …

Sur feuilles :

Les symptômes se manifestent sur le bord du limbe par une nécrose qui avance en suivant les nervures  de la feuille. Ces attaques sur feuilles n’ont qu’un impact limité sur la vendange.

Sur rameaux :

Ils sont généralement atteints à la suite de blessures  et présentent une altération des tissus.

Sur inflorescences  et  grappes :

Les dégâts du Botrytis sur les grappes peuvent être  très importants.

Les grappes peuvent être touchées avant floraison par un dessèchement de boutons floraux et une chute précoce de l’inflorescence.

Les baies de raisin sont très réceptives  à partir  de la véraison  avec apparition d’un feutrage gris (pourriture grise).

Les raisins de certains cépages blancs attaqués par le botrytis cinerea et sous des conditions climatiques particulières peuvent présenter une pourriture noble.

Le Botrytis se conserve pendant l'hiver à l'état de filaments mycéliens et dans les sclérotes  présents sur les sarments. Au printemps, le mycélium se développe tandis que les sclérotes germent en se couvrant de fructifications grises. Celles-ci produisent un très grand nombre de spores ou conidies qui, disséminées par le vent et la pluie, germent à la surface des différents organes et les contaminent. Le champignon ainsi formé progresse dans le végétal, qu'il envahit peu à peu, produisant en surface de nouvelles fructifications qui assureront l'extension de la maladie.

Mesures prophylactiques

  • Limiter la vigueur de la vigne
  • Bien aérer les grappes
  • Limiter les blessures des baies par une maîtrise correcte des vers de la grappe et de l’oïdium

Lutte chimique :

Elle s’articule autour de 4 périodes clés pour la réalisation des traitements préventifs :

  • fin floraison / chute des capuchons floraux ou stade A
  • fermeture de grappe ou stade B
  • début véraison ou stade C
  • trois semaines avant la récolte ou stade D

Des stratégies à une ou deux interventions sont recommandées pour une protection raisonnée. Le plus souvent les stratégies à deux applications sont à réserver aux  situations  les plus sensibles : A et B ou A et C.

Produits conseillés en association avec un fongicide
HELIOSOL ®
CALANQUE ®
ESCAPADE ®

Il est recommandé d’utiliser un seul produit par famille par an et d’alterner les familles chimiques d’une année sur l’autre.

La qualité de pulvérisation est importante pour réussir les traitements dirigés vers les grappes. Les adjuvants   améliorent  la répartition, la rétention et l’étalement des gouttelettes de  pulvérisation sur les grappes.